TECHNOLOGIEDE POINTE

Accompagnement  spécialisé 

Pour aînés et personnes vulnérables.

Au cours des prochaines années, les besoins en soins de santé pour les personnes en perte d’autonomie ne cesseront de croître vers les soins à domicile. Le virage est déjà entamé depuis un bon moment, mais les enjeux liés à ce virage sont importants et les ressources de l’État limitées.

Il apparait de plus en plus clair que le recours à de nouvelles façons de faire et à de nouvelles technologies capables d’améliorer l’efficacité de la prestation de soins est nécessaire. À cet égard, on observe un intérêt croissant pour les technologies capables d’assurer un suivi des patients à distance.

Distribution Ad Valorem offre un service de suivi et d’amélioration continue des soins de santé à domicile, grâce à une technologie innovante. L’objectif est de désengorger les urgences, favoriser les soins à domicile et d’optimiser le travail du personnel soignant.

Au Québec, le nombre d’aînés de 70 ans ou plus devrait augmenter de plus de 69% entre 2020 et 2040, selon les projections de l’Institut de la statistique du Québec et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Forte demande des soins à domicile.

La question de la capacité du système de santé à affronter cette nouvelle réalité se pose de façon criante, particulièrement en ce qui concerne les soins à domicile.

En 2011, 4,6% des 65 à 74 ans avaient eu recours aux soins à domicile alors qu’ils étaient 12,1 % chez les 75 à 84 ans. Chez les 85 ans et plus, c’était plus du tiersiii. Au cours des prochaines années, nous assisterons donc non seulement à une augmentation du nombre de personnes qui auront besoin de soins, mais aussi à une augmentation de ces besoins pour chaque personne. A titre indicatif, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, il y aurait plus de 15 000 personnes en attente de soins à domicile au Québec.

Au Québec, il y aurait plus de 15 000 personnes en attente de soins à domicile.

"Les intervenants à domicile consacrent davantage d’heures à des activités autres que des interventions directes auprès des aînés, comme se rendre d’un domicile à un autre, remplir des documents administratifs ou assurer la coordination des services."

-  Rapport de la vérificatrice générale, 2022